Barniquesbucoliques's Blog
Just another WordPress.com weblog

Jan
11

Par où commencer? Il faut bien commencer par quelque chose, mais par quoi?

Le 12 décembre 2009 nous arrivions à Montréal. Le 13 à Chicoutimi et c’est là qu’a commencé notre joyeuse et belle année. Nous ne nous doutions pas qu’à notre arrivée, qu’à notre rencontre avec Christiane et Réjean, le déclic serait immédiat. Et pourtant, nous nous sommes vite entendus, nous avons vite rencontrés Ariel, Andrée-Anne et leurs enfants et nous nous sommes vite attachés.

Certains restent dans un pays pendant longtemps et pensent qu’il ne faut pas s’attacher car le départ en est d’autant plus dur. Certes le départ et difficile, mais quoi de plus beau, vivant et humain que de faire des rencontres?

Pour employer les termes de Christiane, « la greffe au coeur a été réussie ». Nos Québécois font partie de nous maintenant. Ils sont notre famille d’adoption et nous ne les oublions (surtout) pas! Quitter le Québec a été dur. On se réconforte en se disant que l’on va retrouver notre famille et nos amis.

Tout de même, le manque est présent.

Mais une chose est sûre : nous reviondrons, parce qu’on en a fait la promesse, parce qu’on aime ce coin de paradis, mais surtout parce qu’on aime nos Québécois.

A jeudi, donc, NOS !

Avec de la root beer !

PROMIS !

Publicités
Jan
09

Le temps des fêtes, période incontournable au Québec, d’autant plus lorsqu’on le fait avec nos Québécois! D’ailleurs, on ne voulait contourner cet évènement pour rien au monde!

Christiane et Réjean nous ont gentilment invité à la Maison Heureuse pour le 24 décembre en la (nouvelle) compagnie de Guillaume. Au menu : tourtière du Lac Saint Jean. Soirée mémorable en petit comité qui a réchauffé les coeurs.

Le 31 décembre nous avons pour la deuxième fois fêter Noël. En effet, nous sommes arrivés le 13 décembre 2009 à chicoutimi. 18 jours et un an plus tard nous sommes encore là, autour des Laforge, Lachaine, Leclerc, des enfants, des amis, de notre famille d’adoption, pour fêter Noël et la nouvelle année. Ce n’est pas l’heure du bilan. En fait ce n’est jamais l’heure puisqu’on n’en a jamais envie. On veut juste que cela continue encore et encore. La soirée se déroule autour des nombreux plats et gâteaux que Christiane, Christian et Andrée-Anne ont préparé avec amour. L’heure est à la fête,  aux jeux, aux embrassades, aux becs, aux rires, à la joie et à la bonne humeur !

 

Jan
09

Cela fait un bail que nous n’avons pas écrit sur ce blog. Il est temps de s’y remettre.

Les cours se sont terminés dans la joie, la bonne humeur et les brioches sous les yeux (soit les poches de fatigue). Le rapport de stage a été dûment rendu et nous en avons profité pour nous reposer! D’ailleurs Guillaume, un ami de France, est venu nous rejoindre pour passer quelques temps avec nous au Québec. Les activités sont au rendez-vous : raquettes au Parc de la rivière du moulin, au Valinouët, visite de l’Aquarium de Québec, de Québec en soi et puis les visites chez les Québécois, chez NOS Québécois.

 

Déc
04

Le 31 octobre dernier, nous avons accompagné nos chers amis québécois et leurs enfants pour aller chercher des bonbons (ou jujubes).

Ici, Halloween c’est l’euphorie! Des gâteaux, des bonbons, pleins de déguisement. Les Québécois jouent le jeu.. à fond contrairement au Français.

En plus on a eu droit à de la neige !

Oct
22

(merci Christiane et Réjean pour ce livre rempli de magnifiques photographies de cette si belle province 🙂 ! )

L’automne est arrivé très vite, en un jour au saut du lit et repart peu à peu à mesure que les températures chutent et que l’on se couvre.

Les arbres perdent leurs couleurs, les feuillent s’en détachent, virevoltent pour retomber doucement sur l’herbe.

Deux merveilleuses fins de semaine à Sainte-Rose-du-Nord ont fait du « bonheur dans nos coeurs » comme dirait Andrée-Anne.

Apparition d’un ours gourmand pas gêné du tout.  Promenades champêtres et chasse à la perdrix réussie. Sans oublier des paysages toujours aussi transcendantaux. Puis nous avons assisté au départ des bernaches (oies sauvages). Malheureusement nous n’avions pas d’appareil photo. Au moins, ce moment restera gravé dans nos têtes. Magnifique tableau, nature morte des roseaux desséchés et vivante par la danse des oiseaux synchronisés. Étonnante attitude, si naturelle. Comme si les oiseaux ne s’étaient pas concertés pour partir. Il était juste temps de s’en aller des battures.

L’instinct est le guide.

Et aujourd’hui, la neige perce les nuages pour prendre sa place. Il faudra cependant attendre encore un peu avant qu’elle ne fasse plus qu’un avec le sol.

Oct
22

Ici on ne dit pas joyeux anniversaire, mais plutôt bonne fête. Au mois de septembre dernier, il y aura eu l’anniversaire d’Elika, petit bout de fille de 3 ans (eh oui, ca grandit vite) et puis le mien (Alix, 22ans, un chum, un chat, sans enfant).

Ce fut l’occasion de revoir une fois de plus notre grande famille d’adoption composée de Christiane, Réjean, Andrée-Anne, Ariel, Elika, Victor, Peanut, Christian, sans oublier les amis de nos amis : Guillaume et Caroline.

Nous étions tous réunis à Saint-Fulgence pour fêter l’anniversaire d’Elika.

Puis, 3 jours plus tard, rebelote chez nos amis pour fêter mon anniversaire. Un GRAND MERCIIII d’ailleurs, à mes Québécois pour cette soirée mémorable, comme toutes les autres soirées d’ailleurs !

Sep
14

L’idée nous est venue (enfin elle est plutôt venue d’Hugues) de faire une randonnée dans le Parc du Saguenay. Mais pas une randonnée à la cool du genre entre une heure et quatre heures de marche, non non. Une randonnée de 3 jours (oui, chers experts si vous passez par là, pour nous c’est déjà beaucoup). Hugues s’est renseigné sur internet pour voir quelles étaient les conditions, de quel matériel avions-nous besoin ainsi que pour réserver les refuges.

Après une randonnée-test avec un peu moins de 10 kilos de paquetage sur le dos, nous voici partis…

MERCREDI 18 AOÛT en direction du Parc du Saguenay. On commence la ballade vers 13h. Le début est assez (même plutôt) rude et la fatigue se fait ressentir. Mais, sachant que nous sommes là pour 3 jours, on se motive. Jusqu’à ce qu’Hugues se foule la cheville (soit deux heures plus tard et malgré de bonnes chaussures de marche). Trousse de secours nous avons, premiers soins nous faisons plus un arrêt dés-altération. La suite de la journée se passe plutôt bien et nous arrivons au premier refuge ou nous faisons connaissance avec un jeune couple de québécois et leur fils de 4 ans, Nicolas. Ballade efféctuée en trois heures au lieu de quatre comme cela nous avait été indiqué.

JEUDI 19 AOÛT, nous voilà repartis. Nous n’avons pas fait demi-tour malgré la blessure d’Hugues. Tout va bien, jusqu’à ce qu’Hugues se torde une nouvelle fois la cheville gauche. Cette fois-ci c’est bandage et compagnie et ralentissement de la cadence. Pour vous donner une petite idée, on a fait un parcours de cinq heures en sept heures et non sans douleur. Enfin, on a tout de même pu profiter des paysages. Arrivée donc au 2ème refuge vers 17h30.

Nous avons goûté aux joies de dormir dans un lit en refuge. Il faut dire que leurs matelas n’étaient pas des plus confortables, mais c’est mieux qu’être sur un tapis de sol dans une tente quand il pleut comme vache qui pisse. Il faut dire que l’on a particulièrement apprécié prendre une douche avec l’eau  (on en a aussi filtré pour la boire) du Lac des marais, lac  qui, il faut le dire, ressemblait plus à un marais qu’à un lac en raison de la température particulièrement chaude pour la saison (et pour la région). Ce cher Réjean nous a en effet dit que la dernière fois qu’il y était allé, il y avait tout de même plus d’eau et on n’y trouvait pas d’énormes têtards ou de vers blanchâtres étrangers (ou du moins on ne les voyait pas).

VENDREDI 20 AOÛT : C’est notre dernier jour de marche. Nous partons très tôt en même temps que nos amis québécois qui nous ont gentiment proposer de nous raccompagner à notre voiture. En effet, on remercie la personne qu’on a eu au téléphone de nous avoir précisé qu’il fallait ABSOLUMENT, soit NE MANQUER SOUS AUCUN PRÉTEXTE d’appeler les personnes qui s’occupent de déplacer votre voiture à l’arrivée du parcours. Faut dire que si le jeune couple n’avait pas été là, eh bien on ne serait pas revenu de si tôt. On est arrivé dans un coin plutôt paumé ou des taxis il n’y en a pas des masses. Enfin, cette dernière journée s’est faite sans encombre et plutôt tranquillement. A l’arrivée on est heureux d’avoir passé 3 jours dans la jungle canadienne ou se mêlent crottes d’ours et d’orignal et ou l’on peut observer renards, porc-épic et autre espèces fauniques. (Nicolas Hulot sort de ce corps).

Sep
01

Nous avons passé très peu de temps à Montréal, mais nous en gardons un bon souvenir. Ville moderne, cosmopolite aux nombreux restaurants. Elle ne s’arrête jamais. Un peu comme Paris, toujours en mouvement.

Quelques bémols tout de même : les stationnements compliqués, surtout pour des étrangers, la langue   (si Montréal fait partie du Québec, la ville tend à s’angliciser au détriment de la culture québécoise) et ne pas avoir pu voir le Biodôme (pour cause de grève).

Sep
01

C’est vieux, plein de briques, le château de Frontenac, des touristes, des touristes, encore des touristes, toujours. La ballade sur la Terrasse Dufferin, qui fait vaguement penser à Cannes l’été. Le Saint-Laurent, magnifique et un soleil de plomb.

La ballade de l’Empereur, celle des Remparts. Et puis se perdre dans la ville.

Sep
01

Alors une petite explication s’impose pour les éventuels passants qui jètent de temps en temps un coup d’oeil sur ce blog et qui ne sont pas souvent au courant de nos pérégrinations. En gros un de nous deux (Alix) est rentré en France pour deux mois (on vous épargnera les moults explications). Il a bien fallu revenir et c’la s’est fait avec une personne en plus j’ai nommé la petite sœur du tchum !

Après un atterrissage mouvementé (le pilote semblait aimer les trous d’air), nous voici (enfin) sur la terre ferme ! Juste le temps de partir de Montréal et de traverser le Parc des Laurentides (6h de route en tout), nous voici arrivées !

A peine le temps de nous reposer, nous entamons notre expédition à travers le Québec.

Tout d’abord les battures de Saint Fulgence renfermant un écosystème très riche, notamment par sa faune. Lieu de migration fétiche pour les oiseaux.

La chute aux galets à Saint David de Falardeau, lieu paisible où l’humain se sent tout petit face à la beauté de la nature.

Le trou de la fée

Randonnée aux Monts Valin


Zoo de Saint Félicien, ou Thoiry mais en mode Canada.


Via Ferrata au Cap Jaseux, sensations fortes sur ce site. Grimper à plus de 30 mètres de haut, avec une vue imprenable sur le Saguenay.

Le village historique de Val Jalbert et ses nombreuses maisons abandonnées. Décevant mais les sentiers valent le détour si d’ici là ils élaguent les branchages bouchant les points de vue présentés.

Cap Éternité, ou la ballade tant connue et prisée des Saguenéens.

Sainte Rose du Nord. Comment dire. On s’y sent bien, très bien, au paradis. On se ressource, on respire et on regarde la Nature qui nous entoure. C’est encore mieux quand on sait que l’on va retrouver nos chers amis québécois qui y élisent domicile pour l’été. Mais on ne vous dira pas ou ils habitent. C’est un secret.

Kayak à Tadoussac, ou comment espérer (car en l’occurrence on n’en a pas vu) voir des baleines de façon écologique. Nous avons pu faire connaissance avec les ferrys ainsi que leurs nombreux touristes venus de la terre entière pour observer ces chers mammifères marins. Malheureusement, ce qu’ils ne savent pas (les touristes, pas les mammifères marins), c’est que les voyages qu’ils effectuent sur le fjord par bateaux à moteur polluent le Saguenay et créent des nuisances sonores telles que leur vie sous -marine est perturbée. D’où leur fuite et leur réduction. Nicolas Hulot sort de ce corps.